Magazine de décoration Sofadéco - Édition Mars-Avril 2009 - La Maison EXPO habitat 2009 - « Éco » sur la montagne

La Maison EXPO habitat 2009 a un petit quelque chose de plus cette année. Bien sûr, elle est encore en beauté et se présente sous son meilleur jour pour les visiteurs qui passeront le seuil de sa porte, mais en plus, ses créateurs l’ont dotée d’un grand atout : elle est écolo.



Inscrite au programme de certification Inscrite au programme de certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), la Maison EXPO habitat a été conçue de façon à respecter les critères d’efficacité énergétique, de consommation d’eau et de chauffage, pour ainsi diminuer son empreinte écologique. « Quoi de plus incontournable par les temps qui courent? », mentionne l’entrepreneur de cette résidence, Marc Vaillancourt, de Construction Maurice Bilodeau qui, soit dit en passant, n’est pas peu fier du résultat.

Nichée à flanc de montagne à Stoneham, elle a tout pour plaire. Construite selon la méthode Timber Frames, elle se caractérise par une charpente en bois massive assemblée à tenon et mortaise, qui la rend d’autant plus particulière. Et son cachet n’est pas piqué des vers!

Autopsie d’une technologie innovatrice

Passionné de bois, Dany Morency des Charpentes Montmorency, a été initié à la charpenterie dès son plus jeune âge . Aujourd’hui, lui et son associé veulent démocratiser la technologie Timber Frames, qui est passée à l’ère numérique. « Ce qui prenait autrefois 10 ou 12 mois à faire à la main prend aujourd’hui 24 heures à réaliser mécaniquement. C’est donc plus accessible . », précise Dany Morency.

Avec son équipe, il a fait naître l’architecture de la résidence en s’inspirant d’abord de la topographie du terrain et de l’orientation du soleil, afin d’accroître l’apport énergétique de celui-ci et ainsi contribuer à diminuer la consommation d’énergie de la maison. C’est ici que la structure prend toute son importance. « La méthode Timber Frames utilise des murs SIP (structural insulated panel), qui consistent en un isolant entre deux panneaux de bois. Un peu comme un sandwich à la crème glacée! », explique-t-il. Mais à l’inverse de celle-ci, cette façon de faire réduit plutôt les coûts de chauffage… qui lui est à haute vélocité. Sans oublier les eaux de pluie qui sont récupérées.

La résidence de 2100 pi2, qui jouit d’une vue imprenable sur les pentes de ski, ressemble à ses cousines de l’Ouest canadien et arbore un style contemporain. C’est d’ailleurs de là-bas que provient le sapin Douglas qui constitue sa structure apparente et qui la rend si chaleureuse. « La maison a été conçue afin de profiter au maximum de la vue. C’est la base du projet », poursuit Dany. Pour l’aire ouverte de la salle à manger et du salon, généreusement fenestrée, on a misé sur l’espace par la hauteur considérable du toit cathédral. Ici, ça respire le grand air! Bien qu’elle ait été pensée pour la génération des baby-boomers, elle en séduira plus d’un.

Charme discret

C’est la designer Danièle Dion qui a habillé l’intérieur de la belle pour l’occasion. Et à voir ses yeux pétiller lorsqu’elle parle de ce projet, l’engouement y était. « Quand j’ai vu le concept, j’ai flippé! » s’exprime celle qui n’en est pas à sa première Maison EXPO habitat. Elle-même skieuse, elle n’a toutefois pas voulu verser dans le cliché du chalet rustique. « Je voulais que tout le monde se reconnaisse dans cette maison et que chacun y trouve son compte. »

Pour la designer, le secret réside dans le mélange de modernisme, de bois et de nature, où l’écrin est la vedette. Elle souligne aussi l’effort de conserver les mêmes matériaux d’une pièce à l’autre afin d’obtenir une constance discrète qui laisse toute la place à l’ossature. Le ton est léger, et la couleur crème, omniprésente, accentuant la luminosité déjà existante. Le verre a été choisi pour sa transparence et le chrome pour sa brillance. Exit le clinquant et les trucs trop stylisés pour celle qui ne croît pas aux modes. « Je veux plutôt donner un avant-goût de ce qui est actuel, adapté à la personnalité de la maison. »

Danièle a aussi mis son grain de sel… vert. Par exemple, des matières durables comme le cuir naturel ont été choisies pour toutes les assises, et les draps en bambou habillent les lits, pour un dodo écolo. Et pour les planchers de bois, elle a privilégié l’huile au verni.

Nature intérieure

Dès le pas de la porte, la communion se fait sentir entre l’extérieur et l’intérieur et respecte ainsi l’une des nombreuses normes LEED. Une chute d’eau encastrée dans un mur en brique identique à celle que l’on retrouve dehors imite le bruit d’un ruisseau, tandis que deux cubes en cuir reposent sur un sol de porcelaine qui reflète la lumière naturelle que laissent passer les ouvertures sans rideaux.

La fenestration dégarnie d’habillage, d’où abonde la luminosité et qui offre le maximum de vue vers l’extérieur, fait également partie des qualités d’une maison qui se veut écologique. Le majestueux salon jouit d’une vue spectaculaire sur la montagne; pour le meubler, la designer a choisi un sectionnel en cuir dont la ligne du dossier n’excède pas celle du bas de la fenêtre. Un petit luxe : en appuyant sur le côté, celui-ci s’incline au contact de la chaleur de la main. Et la texture duveteuse des coussins de fourrure et de la carpette donne envie de s’y frotter.

L’élégance se met à table dans la salle à manger. « C’est un chic fou » affirme Danièle pour qualifier le coin-repas. Ses yeux brillent (encore!) comme le lustre à serpentins chrome, quand elle pointe la coutellerie et la verrerie dernier cri qui décorent la table pour les visiteurs.

Sous la mezzanine, c’est le chocolat qui domine dans la cuisine. La sobriété des lignes des armoires de style shaker contraste avec la richesse du granite nervuré, qui va rechercher la couleur des poutres apparentes. Le lustre des tuiles en pâte de verre format brique au dosseret apporte de la brillance, tout comme les carreaux de porcelaine au plancher.

« Je voulais que le feeling soit le même partout quand on circule dans la maison », explique la designer. La salle de bains s’approprie donc les mêmes saveurs qu’à la cuisine. Le couple baby-boomer étant visé, la pièce est située au rez-de-chaussée. Ici, la conjugaison des genres masculin et féminin se remarque par le dessin très carré de la robinetterie et du meuble-lavabo foncé, mariant la volupté d’un luminaire en bulles de verre et d’un bleu poudré. Tout à côté, le lit en noyer naturel s’appuie sur un mur en cuir, dans une chambre décorée en toute simplicité.

La salle de bains à l’étage regorge de féminité! Éclat de la laque blanche, transparence, légèreté. La rondeur est présente jusqu’au moindre détail de quincaillerie. « J’aime exploiter un concept pour le plaisir, mais sans tomber dans l’excès! », s’exclame Danièle.

La designer s’est amusée au sous-sol! Ludique, la déco de la salle de jeux et du cinéma maison s’éclate en couleurs , mais le souci de l’écologie a été amené sur le tapis. Ce dernier a d’ailleurs été découpé en carreaux détachables qui peuvent être lavés ou recyclés en cas de taches. Écolo et logique!