Magazine de décoration Sofadéco - Édition Décembre 2008 - Tour de proprio - Ode au féminin

Changer de vie. Voilà ce dont rêvait la designer lorsqu’elle a quitté son Lac St-Jean natal pour venir s’installer dans la capitale. Assoiffée de défi et désireuse de faire progresser sa carrière, elle a vendu sa maison ancestrale au style champêtre . Puis, elle a décidé de « se payer la traite » en aménageant son nouveau nid où féminité et élégance seraient reines. Un vrai condo de filles totalement à l’image de la propriétaire et de son adolescente.



Portrait de la designer Nancy Gauthier

Fille d’action fonceuse, la designer Nancy Gauthier n’a qu’un but : toujours se dépasser. Chasseuse de tendances, elle court les salons et se plaît à voyager pour aller chercher de l’inspiration. « J’aime explorer les styles et surtout réaliser les rêves de mes clients », affirme la créatrice qui est en affaires depuis 17 ans.


La seule transformation que Nancy a faite dans son appartement du secteur Les Rivières est le réaménagement de sa cuisine. Comme celle-ci ne fait que 100 pi2, la proprio a d’abord choisi de maximiser l’espace en faisant grimper les armoires jusqu’au plafond, afin d’obtenir le plus de rangement possible. Un grand garde-manger en coin permet aussi d’économiser l’espace, et le frigo a été choisi pour sa profondeur de 24 po. Les armoires en chêne coupé à l’horizontal de couleur chocolat ont été juxtaposées à d’autres armoires laquées blanc. On en a pourvu de portes de verre afin d’alléger le coup d’œil, puis on a dénué certains panneaux de poignées pour qu’ils passent inaperçus. Le blanc du comptoir en quartz lustré illumine la cuisine dépourvue de fenêtre, et la pierre de couleur craie apporte de la chaleur au mur dégagé. Appuyée au mur, une hotte en inox donne des airs de grandeur à la pièce exiguë.

Ici, noir, blanc et gris sont les fils conducteurs d’une déco au goût du jour que Nancy souhaitait intemporelle. Elle n’a pas lésiné sur les matières, choisies pour leur richesse et leur caractère. Elle a ponctué son décor d’accents de couleurs « punch », qu’elle pourra changer afin de faire évoluer celui-ci au gré des tendances. Au séjour, étendue au pied d’un sectionnel en cuir épais , la carpette en peau de bovin impose sa présence par l’éclat de sa teinture rouge. Les lignes courbes de la lampe arquée et du fauteuil à motifs donnent du rythme et la table de centre, où s’encastre un foyer à l’éthanol, réchauffe la pièce . Finalement, le blanc contraste joliment avec la teinte espresso des planchers en noyer.

La salle à manger assure une continuité avec le séjour, créant ainsi une pièce à vivre ouverte et lumineuse. Afin de profiter au maximum de la luminosité qu’offrent les grandes fenêtres, la proprio les a sobrement drapées de lin et de stores romains diaphanes dont on ne se lasse pas. La designer qui aime recevoir a opté pour une table carrée, plus conviviale à ses yeux. Le cuir blanc des chaises rappelle celui du canapé et une suspension de style à la fois baroque et actuel fait briller ses cristaux sous un voile translucide noir ultra-féminin… pour de belles soirées entre filles!

La chambre de Nancy joue les mystérieuses, vêtue de gris pierre et d’accents de noir absolu. Le clin d’œil baroque est repris par les lampes aux cristaux voilés, le semainier miroitant aux motifs d’arabesques et le fauteuil , séduisant dans son cuir métallisé. L’ambiance y est sensuelle le soir venu, lorsque les rideaux soyeux sont tirés et que les persiennes en bois gris souris ferment les yeux. Douillet, le lit nous invite à se lover sous la douce couverture en mohair. De beaux rêves assurés…

Telle mère, telle fille. La chambre d’Ann Julie est également empreinte d’élégance, et la symphonie des gris est reprise en ton sur ton. Le lit est rayonnant avec sa tête volumineuse rembourrée en cuir gris argenté. Celle-ci accroche la lumière filtrée doucement par le tissu léger qui recouvre en entier le mur de la fenêtre. La literie piquée s’acoquine avec des coussins décoratifs, tandis qu’une imposante armoire jaune ornée d’une couronne, vestige de l’ancienne résidence, trône fièrement dans le coin de la pièce.

Pour son bureau, Nancy a joué la note fantaisiste. Ici, éclat et caractère sont au rendez-vous. Les chaises récupérées ont été repeintes en blanc et habillées d’un tissu fuchsia à motifs baroques qui tranche complètement avec le mobilier aux lignes contemporaines du reste de la résidence. Seul le gris est toujours fidèle au poste et, encore une fois, la féminité n’y échappe pas. Des heures de création en vue pour la designer qui aime sortir des sentiers battus!