Magazine de décoration Sofadéco - Édition Novembre 2008 - Tour de proprio - Présent recomposé

La famille s’agrandit, il faut changer de nid! Les nouveaux tourtereaux ont rapatrié leurs petits et ont troqué leur ancienne demeure contre ce grand cottage convivial à leur image, où chacun a sa place.



Portrait de la designer Danièle Dion

Lorsqu’on demande à Danièle Dion ce qu’est une designer, elle nous répond : « C’est une artiste-psychologue-magasineuse-collaboratrice », rien de moins! Un défi qu’elle relève jour après jour avec brio. Elle aime que ses clients travaillent avec elle jusqu’au fameux « wow » exclamatif. Elle sait alors qu’une fois encore elle peut dire mission accomplie!



Par ici la visite, car le couple adore recevoir. Le coup de cœur du couple est aussi le cœur de la maison. Tout en longueur et à aire ouverte, la pièce est remarquable. À chaque extrémité de la cuisine, où trône un îlot interminable, se trouvent le boudoir et la salle à manger. Ces pièces ont été aménagées ainsi pour que les convives se sentent à leur aise, sirotant un verre de vin, jasant un brin ou dégustant un festin.

Au souhait des hôtes, la designer Danièle Dion a dessiné un espace épuré et contemporain, mais où la froideur n’est pas bienvenue. À la cuisine, les armoires en merisier teint chocolat contrastent avec le blanc lustré du comptoir de quartz qui fait bondir la lumière. Des plaques de céramique aux formes diverses donnent un air jazz au sol, tandis qu’une mosaïque de pâte de verre couleur café au lait égaye le dosseret avec ses carreaux polis et dépolis. La pièce baigne dans l’éclairage généreux des fenêtres, dénudées de tout apparat.

Au boudoir, on se relaxe en blanc. La pièce où reposent des causeuses en cuir blanc est réchauffée par un mur habillé de pierre. Seul le téléviseur à écran plat y est accroché. Celui-ci anime l’espace, tout comme la toile qui apporte son accent en technicolor.

Ici, aucun pied carré n’est superflu et les pièces ne sont pas démesurées. Mais tous s’y sentent confortables. À la salle à manger, les convives prennent place autour d’une grande table carrée. Voisin, le salon habillé en cuir est accessoirisé de fourrures et de lainages enveloppants. Le foyer double face au gaz qui unit les deux pièces prend place sous une arche en bois aux lignes droites. En plus de découper l’espace, il permet l’intégration d’un vaisselier peu profond et pratique pour son rangement, ainsi que d’une alcôve décorative.

Adjacent au salon, le hall d’entrée est accueillant et chaleureux, tout comme ses proprios. L’escalier en bois se love contre un mur de pierre et de la céramique identique à celle de la cuisine pare le sol, assurant ainsi une belle continuité entre les deux pièces. Un trio de vases aux couleurs vives et un banc recouvert de fourrure d’antilope apportent une touche d’originalité certaine.

À l’étage, la salle de bains des maîtres est enveloppée d’une douceur bleutée et nage dans la luminosité. La baignoire cuve est appuyée contre une niche meublée de tablettes en bois foncé. On a choisi ce même bois pour les meubles-lavabos . Il tranche avec le blanc et le bleu environnants et apporte du caractère à la pièce. Les mêmes teintes douillettes sont reprises dans la chambre adjacente puisqu’elles appellent au repos.

La salle d’eau s’accorde avec la salle de bain principale en réinterprétant en duo le bleu et le blanc, ponctuer par une note de brun foncé. La céramique est jouée en différents formats : carré, métro et mosaïque apportent volume et rythme à la petite pièce.

Dans ce grand cottage qui a uni deux familles, il était primordial que chaque enfant ait sa propre chambre. Celle de la fillette est résolument girly au rose tendre où des fleurs autocollantes appliquées sur les murs sont soufflées par un vent de fraîcheur.