Magazine de décoration Sofadéco - Édition Novembre 2008 - Avant-Après - Au-delà du temps

Dissimulée sous un décor qui rappelle indéniablement les années 1980, où le blanc et le noir s’affrontent, cette maison de Sainte-Marie-de-Beauce a eu droit à une cure de rajeunissement complète afin qu’elle puisse dorénavant bien traverser les années. Une renaissance orchestrée avec soin par le designer Michel Binet.

Texte : Julie Houde      


Portrait du designer Michel Binet

« Je suis allergique au mot tendance ! », s’exclame Michel Binet en parlant de son métier. Prisant d’abord et avant tout les couleurs sobres, le designer met surtout l’accent sur les accessoires pour élaborer des décors qui vieillissent bien. De passage à Montréal, le designer retourne maintenant dans la Beauce pour poursuivre sa passion dans laquelle il excelle depuis bientôt 30 ans.


Un garde-corps renouvelé

Dès l’entrée, le regard se posait sur l’escalier qui entraînait les convives vers le sous-sol. « On aurait dit que l’on était aspirés par le trou », explique le designer. L’objectif fixé : dissimuler l’ouverture sans toutefois la cacher; le tout sans débourser une fortune.

Après un an de réflexion, Michel Binet a dévoilé ses idées ingénieuses pour redonner un tout nouveau look à ce garde-corps. D’abord, le chêne laqué a été décapé en vue de retrouver la richesse du bois naturel. Les deux fausses colonnes qui marquaient l’entrée ont été prolongées, et la main courante amplifiée, afin de donner une prestance à la garde. Puis, le plexiglas a été retiré et remplacé par des barreaux de chêne ornés de fins motifs qui rappellent l’esprit Arts and crafts. Ce dernier met de l’avant la simplicité et le dépouillement, tout en soulignant les caractéristiques intrinsèques des meubles et accessoires afin qu’ils se suffisent à eux-mêmes.

De l’espace s'il vous plaît !

Au départ, une distance de 16 pouces seulement séparait le garde-corps de l’îlot de la cuisine. Pourtant, propriétaires et invités y passaient régulièrement et devaient parfois faire des manœuvres de contorsion pour pénétrer dans les autres pièces de la maison. Il fallait donc repenser l’espace afin que tous puissent y circuler librement.

Par conséquent, l’îlot de la cuisine a été modifié. Plus petit et longiligne, il répond maintenant davantage aux besoins du couple et libère ainsi de l’espace pour les allées et venues et deux aires de repas, nouvellement aménagées. La zone de cuisson a été préservée ainsi que les nombreux emplacements pour le rangement.

Un décor plus moderne s’est installé dans cette cuisine sans cloisons. Les murs habillés de blanc reflètent davantage la lumière. De nouvelles armoires en stratifié créent une harmonie avec l’îlot et le garde-corps. Plusieurs d’entre elles s’ouvrent maintenant à l'horizontale avec des poignées plus contemporaines. D’autres, en inox, se confondent avec les électroménagers.

Un dosseret de céramique, contrastant avec l’ensemble de la cuisine, fait grimper la température de la pièce. On trouve d’ailleurs cette même céramique au sol pour un décor plus riche. Les luminaires suspendus éclairent bien la surface de travail, faisant ainsi un pied de nez aux anciens qui illuminaient plutôt les murs.

Les appareils ménagers ont été encadrés dans un caisson qui se répète dans la salle à manger ainsi qu’au salon afin de créer une continuité dans la diversité.

Volonté d’ouverture

Auparavant toute petite et mal éclairée, la salle à manger ne remplissait pas son mandat! Aucun membre de la famille n’osait s’y installer pour prendre une bouchée. Laissée pour compte, au profit de l’îlot de la cuisine, la salle à manger avait grandement besoin d’une métamorphose.

Le mur qui la séparait du reste de la maison a été retiré, créant ainsi un espace à aire ouverte beaucoup plus éclairé et invitant. La table a été repositionnée pour ajouter plus d’espace aux alentours. Puis, une unité de rangement a été installée derrière celle-ci en clin d’œil avec le meuble qui contient le réfrigérateur dans la cuisine. Le plafonnier a aussi été changé pour intensifier la luminosité et les accents de modernité dans cette salle à manger.

Aspect douillet

D’emblée, on s’incline devant les vitraux qui marquent l’entrée du salon. On y a répété le motif qui rehausse les barrotins de la rampe d’escalier. Les œuvres isolent le salon pour créer un espace plus intime. Des lampes ont été dissimulées derrière celles-ci pour une ambiance feutrée et originale.

Au salon, un module a été conçu pour renfermer le cinéma maison. Une urne de cannes séchées camoufle le côté du meuble qui est moins élégant du côté de l’entrée .

Les fauteuils ont été remplacés pour dynamiser la pièce plus sobre. Les courbes du repose-pied ainsi que celles qui décorent les coussins adoucissent le décor où dominent les lignes droites.

Un tableau de Tex Lecor coiffe la causeuse. Célèbre peintre et chanteur renommé, l’artiste puise son inspiration dans les paysages et les personnages québécois. Il laisse donc sa trace, à la manière d’une empreinte, dans plusieurs foyers québécois.


La vie en rose


Une salle de bains tout de rose vêtue s’est complètement transformée sous les yeux des propriétaires.

La céramique ornée de fleurs qui habillait autrefois les murs a été remplacée par une autre plus moderne qui imite bien la brique. Puis, le garde-robe a été entièrement enlevée pour laisser place à d’élégants tiroirs tout aussi utiles.

On a ensuite troqué le bain podium pour une baignoire plus petite qui laisse beaucoup plus de place pour la circulation. Le comptoir a été agrandi et sa surface, faite de granit, provient d’une carrière souterraine du Brésil où dame Nature a su façonner avec soin un matériau unique. Sa couleur et les motifs qui l’enjolivent transportent quiconque en pleine nature.

Pour ne plus compter les moutons…

La chambre des maîtres a subi une transformation extrême pour laisser de côté les vestiges des années antérieures.

Un module de rangement plus raffiné a été créé pour remplacer le garde-robe existante. Les anciennes portes vitrées ont été remisées pour faire place à d'autres, plus discrètes, de couleur blanche.

La chambre semble déjà plus grande sans le meuble noir qui entourait autrefois le lit. Des lampes de lecture ont aussi été ajoutées pour les soirs où le sommeil tarde à venir. La douillette orangée laisse une parcelle colorée dans le décor.

L’habillage de la fenêtre a également été modernisé. Un simple voile nacré cache la fenêtre qui n’a plus de valence. Le tout pour une ambiance de détente et de douceur. Plus besoin de compter les moutons, il ne suffit que de poser la tête sur l’oreiller.