Magazine de décoration Sofadéco - Édition Octobre 2008 - Tour de proprio - Idée de grandeur

Leur projet, ils y travaillent avec cœur depuis des mois. Le rêve de Daniel et Sylvie de venir s’installer à Québec s’est enfin réalisé, et il est à la hauteur de leurs idées de grandeur.



Portrait de designer

Sur la scène du design depuis 15 années, Catherine Tremblay privilégie la complicité avec ses clients. « J’aime voir évoluer un projet jusqu’au bout, le penser, le voir se réaliser et se finaliser. » Dévoreuse de magazines, elle se passionne pour son métier qu’elle considère comme étant très enrichissant.


C’est que le couple de Rimouskois a besoin d’espace! Pas qu’il en souffrait dans son Bas-du-Fleuve natal, au contraire, mais quand on vit presque au bord de la mer et que le vent du large souffle sur notre toit, nos besoins sont plus pointus! La condition première à la nouvelle vie dans la Capitale était donc claire : la maison aurait pignon sur fleuve et serait grande, très grande.

L’acquisition du terrain de 26 000 pieds carrés a été une affaire de coup de cœur, tout comme la rencontre avec la designer Catherine Tremblay, chef d’orchestre de la réalisation du projet. Le couple n’a pas attendu une seconde et a fait démolir la maison existante pour faire bâtir celle qui les accueillerait dans leur nouvelle ville. Redessinée à partir de plans américains qui ont été adaptés selon les normes québécoises, la grandiose demeure de 9000 pieds carrés est à l’image de celle que Daniel et Sylvie possèdent toujours à Rimouski, où l’espace est maître. De concert avec Sylvie, Catherine a créé le décor de style classique en s’inspirant des idées auxquelles tenait la propriétaire.


Le grand air

Dès le pas de la porte, la présence du bois se fait sentir. Le hall, majestueux avec son superbe escalier central brodé de fer, semble nous inviter à venir découvrir les nombreuses pièces de la maison. Assis sur un plancher de granite, sous un plafond qui n’en finit plus, l’escalier en chêne ouvre ses bras et accueille les convives qui pénètrent chez le couple, qui adore recevoir. Cœur de la résidence, cet escalier, avec son ampleur, est à l’image de leur désir d’espace et de leur hospitalité. Ce n’est pas un hasard s’ils sont dans le domaine de l’hôtellerie!

La cuisine, ultra-équipée, trahit l’amour de Sylvie pour la popote. Au fil des années, elle s’est forgé une bonne idée de la cuisine idéale et s’en est fait concocter une à son goût où rien n’est déficient. Deux fours, un tiroir chauffant, un broyeur qui se convertit en seau à glace le temps d’un 5 à 7, du rangement spécifique pour chaque élément; bref, de quoi rendre jaloux bien des cuisiniers! Le mobilier en chêne deux tons donne une belle saveur à la pièce, et avec les détails de marbre baratté au mur et sur les têtes d’armoires ainsi que l’insertion de bois au plancher, cette cuisine a fière allure.

Passons à table. Coin-repas ou salle à manger? Les deux offrent une vue imprenable sur le fleuve et donnent envie de s’attarder entre amis ou de se prélasser à l’heure du déjeuner. Les deux pièces baignent dans l’éclairage généreux des fenêtres, cintrées par des tentures aux couleurs flamboyantes, tantôt soyeuses tantôt diaphanes. Une carpette laineuse aux nombreux motifs jonche le sol de la salle à manger et met à l’honneur la grande table qui peut accueillir nombre de convives. D’ici, on profite également de la beauté de l’escalier et de ses barotins dentelés qui s’immiscent sous le toit cathédral de la pièce où il fait bon s’attabler.

Bienvenue chez vous

Les invités ne sont pas en reste dans l’accueillante demeure… Les hôtes ont pensé à leur confort en leur offrant une chambre où le calme et la sérénité règnent, tout en s’illuminant d’une touche de rouge savoureux.

Fraîche et lumineuse avec ses murs bleu océan et son mobilier en merisier laqué de couleur crème, la salle de bains adjacente à la chambre d’invités a de quoi les retenir. La propriétaire la voulait à l’image de ses grands enfants. Elle imaginait sa fille nutritionniste dans une baignoire sur pattes telle Cléopâtre dans son bain de lait, et son fils avocat dans une grande douche où les jets fusent de partout. La designer a mis sur papier l’imagination de maman et a dessiné une pièce où la douceur est en avant-plan. Des ouvertures où s’insèrent de jolis vitraux laissent entrer la lumière et créent un effet de transparence.

Du côté de leur propre salle de bains, les maîtres ont joué la totale. Vous avez dit spacieuse? À chacun son « territoire », car ici on ne se marche pas sur les pieds! Elle se veut la continuité de la chambre, telle une suite d’hôtel. Le vaste meuble vanité, habillé de chocolat, impose sa présence par son ampleur. Il a été paré d’une mosaïque de verre colorée qui contraste joliment avec le bois foncé et qui est reprise en insertion sur le plancher de céramique lustré.

La chambre principale jouit d’un mélange de tons chauds et enveloppants, et des murs couleur sorbet à l’orange égaient la pièce, déjà lumineuse. La douceur des tissus soyeux qui habillent le lit en bois invite les maîtres à s’y reposer. Un foyer électrique prend place dans la pièce. Ici, tout est en place pour que le couple vive confortablement et apprivoise en toute quiétude sa nouvelle vie.