Magazine de décoration Sofadéco - Édition Avril 2008 - D'hier à aujourd'hui - Une demeure complice de mille et une histoires

En 1608, Champlain a posé le pied sur les terres de Québec. Quarante ans plus tard, en quête d’un lieu pour bâtir un foyer et fonder une famille, d’autres explorateurs ont « déplié bagage » à Saint-Augustin. Théâtre des réussites et de l’audace de ses bâtisseurs, la ville est devenue un lieu prospère destiné à un avenir des plus prometteurs.

Texte : Julie Houde      


Sur les lieux historiques, qui par leur âme ancienne font revivre le passé, se trouve une demeure qui renferme le cachet d’autrefois. Une maison où les propriétaires ont préservé la personnalité des générations passées; une maison qui laisse sa trace dans l’histoire de la ville. Voici donc la petite histoire d’une grande demeure…

L’ère des East

Tout commence en 1877. Joseph Quézel vend un bout de terre à Félix East, qui y construit sa maison. Menuisier de métier, Félix East travaille le bois à la manière d’un artiste. Les détails des chambranles de sa maison se retrouvent d’ailleurs dans l’église de la paroisse de Saint-Augustin.

Dans cette maison de 11 pièces, un four à pain situé au sous-sol laisse échapper ses effluves pour chatouiller les narines des résidants. En plus d’être une boulangerie, la maison de l’époque sert également de bureau de poste. À l’arrière de sa maison, Félix East fait construire une boutique où quelques employés peuvent résider à l’étage en échange de leurs services. Une étable et un poulailler se trouvent aussi sur place.

Quelques années plus tard, le propriétaire construit une beurrerie ainsi qu’un moulin à scie, où il exerce ses nombreux talents avec l’un de ses fils, Joseph East.

En 1907, Félix lègue sa maison à son fils Joseph, qui habite la demeure jusqu’à la mort de son père, en 1909. Joseph laisse alors la demeure à Joseph-Octave East, notaire de la région. Celui-ci apporte quelques modifications à la maison : il y ajoute une succursale de la Banque Canadienne Nationale, dont le coffre-fort sert aujourd’hui de bureau au propriétaire. Un solarium et une véranda sont aussi ajoutés à la demeure campagnarde.

La crise économique de 1929 n’épargne malheureusement personne. Joseph-Octave East doit quitter sa maison. Elle est vendue aux enchères par le shérif le 20 juillet 1932. C’est à partir de cette date qu’une nouvelle famille habite la demeure, génération après génération.

L’époque des Petitclerc

C’est Lucien Petitclerc, troisième médecin de Saint-Augustin, qui prend possession de la maison à l’époque. Originaire de Grand-Mère en Mauricie, celui-ci a étudié la médecine à L’Université Laval, et a obtenu son diplôme en 1930. Ayant d’abord pratiqué son métier à Saint-Tite-des-Caps, il vient ensuite s’installer à Saint-Augustin, où il aménage son cabinet dans l’annexe latérale de la maison. De son union avec Gilberte Fiset naissent six enfants, dont Robert Petitclerc, propriétaire actuel de la maison ancestrale.

Aujourd’hui, M. Petitclerc, fils du médecin, habite toujours la maison. Témoin de l’évolution de plusieurs générations, la demeure possède toujours le cachet d’autrefois. Si l’on appuie bien son oreille contre la cloison, on peut entendre les murmures des habitants qui ont vécu leurs joies, leurs peines, leurs réussites et parfois leurs échecs entre ces murs. Les pièces regorgent de souvenirs qui laissent leurs traces dans le quotidien des gens d’aujourd’hui.