Magazine de décoration Sofadéco - Édition Novembre 2010 - Art et concept - La « machine à habiter », une idée du XXe siècle
décoration, déco, magazine, désign, désigner, architecte, architecture, habitation, maison, sofa, décoration québec, déco québec, déco

Sommaire

Sofadéco / Novembre 2010



Le siècle dernier a produit des artistes, des architectes et des designers résolument urbains qui inspirent encore les penseurs de notre époque. Le Suisse Charles-Édouard Jeanneret-Gris, mieux connu sous le nom Le Corbusier (1887-1965), a été déterminant à plusieurs égards dans le développement de l’environnement citadin.

Texte : Sabrina Clitandre      


« Là où naît l’ordre, naît le bien-être. »

Le Corbusier a toujours prôné l’ordre et l’organisation, mais sans négliger d’être inventif. Afin que les villes européennes soient à la hauteur des idées modernes marquant le début du XXe siècle, il en vient à créer des habitations qui sont à la fois originales et conçues selon de tout nouveaux critères esthétiques. Les règles architecturales qu’il met de l’avant sont strictes, empreintes de neutralité et porteuses d’une vision pratique, mais Le Corbusier s’assure que l’aspect visuel suscite de l’intérêt.

Au-delà des préoccupations plastiques, Le Corbusier propose des bâtiments dans lesquels il fait bon vivre; d’ailleurs, il croit que le bâti peut déterminer le mode de vie et l’humeur des habitants. Il propose des constructions qui présentent différentes caractéristiques incontournables et indémodables : les toits sont plats afin qu’on puisse y aménager des terrasses, de larges fenêtres en bandeau laissent pénétrer un maximum de lumière à l’intérieur, des pilotis permettent aux bâtiments de toucher le sol sans être directement en contact avec celui-ci, et les pièces sont aménagées pour favoriser un mode de vie efficace. Il porte aussi un intérêt particulier aux façades de ses constructions : il les épure et, grâce à des panneaux vitrés, laisse apparente leur structure géométrique. La façon de concevoir l’architecture propre à Le Corbusier redéfinit donc le lien qui unit l’habitant à son domicile et à son environnement.

Ce qu’il y a de particulièrement intéressant avec Le Corbusier, c’est que ses principes concernant l’architecture moderne s’appliquent autant à des bâtiments modestes qu’à des villas luxueuses. Par exemple, il est à l’origine de différents projets immobiliers collectifs conçus pour loger plusieurs dizaines de familles pendant les années plus sombres de la fin de la décennie 1920. Il a aussi réalisé quelques-unes des villas les plus réputées qui font maintenant la fierté de plusieurs villes, comme la villa Savoye à Poissy. Pour ces commandes totalement différentes, le vocabulaire architectural est sensiblement le même; géométrisation et clarté des formes, pureté du revêtement, fenestration importante et espace terrasse s’allient harmonieusement, peu importe le type de bâtiment construit.

La « machine à habiter » est donc conçue pour déterminer le mode de vie moderne. Inspiré d’abord par les principes théoriques du cubisme, Le Corbusier élabore un plan architectural rigoureux qui correspond à sa vision : « Là où naît l’ordre, naît le bien-être. »

Et Le Corbusier créa la « machine à repos »

Dans le même ordre d’idées, Le Corbusier crée la célèbre chaise longue LC4, la « machine à repos ». Entièrement pensée pour les pauses prolongées, cette chaise en tubulure d’acier chromé et au revêtement de cuir possède une inclinaison naturelle parfaite. Certains modèles arborent un tissu à poil rasé à motif de peau de vache tachetée de brun ou de noir; on les reconnaît instantanément. Cette chaise est presque aussi populaire que le fauteuil LC2, caractérisé par sa forme très carrée et sa structure d’acier chromé qui entoure le siège, les accoudoirs et le dossier de cuir. Le fait qu’on trouve encore aujourd’hui ces caractéristiques dans plusieurs pièces de mobilier témoigne du génie de l’architecte et donne de la valeur aux théories qu’il a préconisées. Les meubles ainsi créés sont pratiques, modernes et empreints d’un esprit résolument urbain.

Chez Le Corbusier, le concept architectural et le design de mobilier possèdent un caractère industriel et sont nécessairement liés à la modernité. Par ses créations, l’urbaniste allie la nécessité à la beauté, l’essentiel à la ligne agréable et le fonctionnel à l’accessible. C’est pourquoi ses principes trouvent encore autant de résonance de nos jours.