ZONE ABONNÉE      Courriel :     Mot de passe :   Mot de passe oublié?

Karel Aelterman, artiste ébéniste : Capturer l’essence de la nature






Si l’un des pires désastres naturels de l’histoire du Canada, soit la célèbre crise du verglas de 1998, a causé de nombreux ravages autour de lui, il a malgré tout permis à un artiste de développer une passion inébranlable pour le bois. « Je m’en souviens comme si c’était hier, affirme le créateur Karel Aelterman, en parlant de l’événement. J’habitais à la campagne depuis deux ans et j’appréciais beaucoup la forêt qui m’entourait. » C’est donc en nettoyant cette dernière à la suite de la tempête qu’il est tombé amoureux de la nature et de tout ce qu’elle pouvait lui offrir.

Un pied au Canada
Faisant fi de la rigueur du climat et bravant le frimas, le Belge d’origine a mis pied au Canada en 1994.

Avant de se concentrer sur l’ébénisterie, il a cumulé de nombreuses années d’expérience comme traducteur et organisateur de réunions pour des agences gouvernementales. Encore aujourd’hui, il travaille à temps partiel pour le gouvernement fédéral où il se sert quotidiennement de ses connaissances linguistiques. « À vrai dire, je n’ai jamais eu la patience pour construire des textes. Je me suis donc étonné moi-même de voir que je pouvais être aussi patient avec le bois! » s’exclame l’artisan. D’abord autodidacte, il a exploré le monde de l’ébénisterie en troquant sa plume contre des outils manuels, afin de façonner des meubles dans le calme et l’intimité d’un petit atelier.

« À l’approche de la quarantaine, je me suis sérieusement demandé ce que je voulais faire du reste de ma vie. La réponse m’est venue sous la forme d’un cours à temps plein dans une école privée d’ébénisterie au Collège Algonquin à Ottawa. » Il a ensuite étudié au Rosewood Studio à Almonte pour parfaire sa méthode. Apprenant à manier le robot manuel et les ciseaux à bois, Karel Aelterman a, à cette époque, « approché l’ébénisterie avec une autre attitude. L’objet construit restait toujours utilitaire, mais je me suis mis à y ajouter une quatrième dimension, une personnalité », précise-t-il. Façonnant donc avec soin des meubles haut de gamme, Karel Aelterman expose ses créations dans des galeries d’art et les propose aux amateurs qui ne peuvent qu’admirer le travail du maître.

L’artiste produit d’abord des pièces uniques, où la construction se fait de façon créative, mais aussi des meubles fabriqués en série, d’une quantité limitée. « Il s’agit d’un processus tout à fait différent, car il faut obtenir une construction qu’il est possible de reconstruire avec des matériaux plus neutres. Le processus doit être plus simple également, puisque le prix est un critère très important dans ce cas », précise-t-il.

Processus de création
Bien que ses techniques de fabrication fassent appel à des traditions ancestrales (tenon, mortaise et queue d’aronde), les formes créées sont contemporaines et épurées. M. Aelterman affirme par ailleurs que, parfois, pour saisir la portée de l’œuvre, il faut l’expliquer. « Prenons, par exemple, une table faite en bois de rose mexicain. La planche de bois du plateau comporte une faille inhérente au bois. Au lieu d’écarter ce morceau, je l’ai utilisé pour illustrer comment d’une faille peut parfois jaillir quelque chose de beau. En fait, il y a la chanson Anthem de Leonard Cohen qui illustre bien ce propos et qui dit : “There is a crack in everything, that’s where the light gets in” (Il y a un défaut dans toute chose, c’est par là que pénètre la lumière). »

Poète dans l’âme, l’artiste se dit sensible aux détails et aux proportions. Il fait appel à son intuition pour créer des pièces d’art fonctionnelles qui soulignent la beauté intrinsèque du bois domestique et exotique. Points de départ de ses créations, le grain, la texture et la couleur de l’essence du bois déterminent quel genre d’objet il deviendra.

Transmettre sa passion
Professeur invétéré, Karel Aelterman transmet son savoir à plusieurs élèves qui viennent à son atelier pour apprendre les rouages du métier. « J’ai beaucoup de plaisir à échanger avec les gens au sujet de ce qui me passionne, et ça cadre aussi dans le besoin qu’il y a d’apprendre à ceux-ci à apprécier le vrai bois et le travail bien fait », conclut l’artiste ébéniste.

Site Internet : www.karelaelterman.com

Voir tous les artistes & artisans