Christine Jean, sculpteure : comme un poisson dans l’eau…






Il y a à peine cinq ans, Christine Jean était une femme d’affaires en informatique. Artiste dans l’âme, elle créait à temps perdu. Sculpture et musique n’étaient que des passe-temps jusqu’à ce qu’elle « sorte du placard », comme elle le dit, pour devenir « une artiste, une femme à son affaire ».

Pour des raisons personnelles, Christine a tout laissé dans Charlevoix il y a quelques années afin de repartir à zéro à Québec, avec son fils. « J’étouffais! J’avais une quarantaine d’années et je ne me voyais pas à 60 ans dans un bureau, raconte-t-elle. On a tous besoin de découvrir qui l’on est, d’être soi. On ne peut pas toujours se dire qu’on ne fait pas ce qu’on veut faire, on se gruge. Il faut prendre son envol et j’ai pris le mien il y a cinq ans. J’ai dit stop! Et j’ai pris les décisions qui s’imposaient. »

Matériaux vivants, vibrants…

Alors qu’elle était en informatique, Christine cherchait le matériau avec lequel elle voulait créer. « J’ai besoin de toucher et j’ai essayé plusieurs choses, dont le plâtre. Mais c’est froid… », confie-t-elle. Puis, avant qu’elle quitte l’entreprise, on y a effectué des réparations. « Il y avait plein de fils de cuivre partout et je me suis mise à y toucher. Ça m’a allumée, le courant est passé! » Depuis tout ce temps, elle avait son matériel de prédilection sous les yeux! D’ailleurs, l’une de ses premières sculptures réalisées à Québec est composée de fils de cuivre, de résistances, de disques durs et d’autres parties d’un ordinateur : Autopsie d’un poulet.

Pour Christine, le cuivre est un matériau vivant, qui bouge et change par lui-même. Et c’est conducteur! « Le cuivre est conducteur d’électricité, l’énergie circule et ça me fait vibrer. Je réussis à transmettre une énergie à des gens à qui ça fait du bien, affirme-t-elle. On a tous notre essence, une mission, et la mienne est de faire du bien en transmettant de bonnes énergies. Pour moi, créer c’est comme respirer. C’est un besoin. On devrait tous écouter notre petite voix pour exploiter nos talents. Il y a tellement de potentiel! »

Comme le cuivre, le verre est omniprésent dans l’œuvre de Christine. « J’aime la lumière et avec le verre il y a les jeux de lumières, de couleurs. Selon l’angle, tu peux voir différentes choses. » Spirituelle, l’artiste intègre aussi les chakras dans son travail, grâce aux couleurs du verre. Encore de l’énergie, des vibrations… « Je crée par instinct et les gens achètent par instinct, parce qu’une pièce leur parle. Ça ne s’explique pas. Ma démarche artistique est dans mes tripes : je les sors pour faire une pièce et il y a des gens qui tombent en amour avec ça. C’est wow! » Et c’est ainsi que naissent ses sculptures : sur pied, au mur, lampes ou sur un cahier d’écriture.

Remonter le courant

Vous le verrez sur son site Internet (www.christinejean.ca), le poisson occupe une place centrale dans l’œuvre de Christine, et ce n’est pas sans raison. « Le poisson est symbole de chance ou de prospérité presque partout. Pour moi, il représente aussi la stabilité; c’est calme un poisson. Puis je pense au saumon, par exemple, qui remonte le courant pour retrouver ses racines… »

Les racines! Elles sont importantes pour cette femme qui a perdu son père alors qu’elle n’avait que huit ans. Cette grande perte a été son premier « tremblement de vie » comme elle appelle ces évènements qui marquent l’existence et « qui nous mènent toujours quelque part ». « Les racines, c’est ce qui nous détermine, ce qui fait qu’on est stable ou non, philosophe cette fière Écossaise. J’ai besoin de savoir qui je suis pour savoir où je m’en vais. »

Sur son mur, on peut lire le slogan suivant : « Je suis la créatrice de mon bonheur. » Elle le crée donc chaque jour son bonheur, avec quelques coups de pouce, bien sûr : sa sœur Chantale, artiste peintre qui l’a approuvée dans ses choix artistiques, ou encore son « ange du cuivre », un ami aujourd’hui décédé qui continue de veiller sur elle. « Il y a plein de forces autour de nous qu’on ne voit pas et qui font du bien… »

Autodidacte, elle a tout de même un diplôme bien en vue dans son atelier : une Maîtrise en Soi, décernée par l’Université de la Vie. Que demander de plus? Christine Jean est heureuse comme un poisson dans l’eau…

Les œuvres de Christine Jean sont présentées dans les galeries suivantes :
-Galerie-boutique Alliage, Québec
-Galerie d’art Michel-Ange, Montréal
-Galerie L’Harmattan, Baie-Saint-Paul

À surveiller : la collection de livres  Mémoire de Vie de Christine Jean qui sera bientôt disponible. Visitez son site Internet pour en savoir davantage : www.christinejean.ca.

Voir tous les artistes & artisans