ZONE ABONNÉE      Courriel :     Mot de passe :   Mot de passe oublié?

Marie Dubuc, artiste de l'ambiance : Seconde vie pour la lumière

Marie Dubuc, artiste de l'ambiance





Lumineuse, Marie Dubuc éclaire sa clientèle grâce à ses talents en restauration, dans tous les sens du terme. Non seulement elle restaure les gens au Restaurant Viva Pasta, elle leur propose aussi ses œuvres qui y sont exposées : des lampes restaurées. Ces lampes jettent un éclairage tout neuf sur le sens du mot recyclé. Lumière sur une artiste de l’ambiance.

Céramiste de formation, Marie Dubuc a délaissé la terre pour l’air et la lumière lorsque sa fille a pris le chemin de l’école. « J’ai vu dans un magazine américain une femme qui faisait des abat-jour. Elle restaurait des lampes qu’elle trouvait dans des ventes de garage, se souvient-elle. Je me suis dit : “C’est ça qu’il faut que je fasse!” » Puis sa fille est rentrée à l’école... Une semaine plus tard, elle avait déjà fabriqué dix lampes ! « Mais elles étaient vraiment laides… », confesse Marie.

Il lui faudra du temps avant de bien maîtriser son art. Le bon vieux principe d’apprentissage par essais et erreurs, elle l’a appliqué en solitaire pour développer son style propre. Puis viennent les expositions et la reconnaissance essentielle de l’œil de l’ « autre ». À Saint-Jean-sur-Richelieu, au resto où elle travaille trois jours par semaine et où elle expose ses lampes, les clients l’interpellent : « Puis Marie, comment ça va tes lampes? Comment a été ton voyage? » Ils font alors référence aux nombreux salons des métiers d’art auxquels elle participe : Montréal, Québec Toronto… Ils se déroulent très bien ces voyages, puisque partout on reconnaît la beauté et la qualité des lampes de Marie, toutes exclusives.

La tournée des antiquaires
Pour fabriquer ses lampes, Marie dessine certaines bases qu’elle fait faire par un artiste forgeron. Mais généralement, la matière première de Marie demeure les lampes qu’elle déniche chez l’antiquaire ou dans les brocantes. Elle leur donne une seconde vie. Elle les choisit sur des coups de cœur, puis les démonte pièce par pièce. « Je prends un morceau sur celle-ci, un autre sur celle-là… Ainsi, je monte une lampe en choisissant des pièces éparses venant de différentes lampes. Chaque pièce est ensuite nettoyée, sablée, peinturée, patinée… Chaque lampe est alors tout à fait unique. »

En fait, tout ce qu’il y a de toujours neuf sur les lampes de Marie, c’est l’électricité. Et les tissus!

Tissus de lumière
Deux sources abreuvent l’inspiration de Marie. Ce peut être une pièce d’une lampe, avec ses rondeurs et sa féminité, ou bien un tissu. « Je fais beaucoup de recherche pour trouver des tissus intéressants et j’évolue là-dedans. Auparavant, je travaillais presque seulement avec le rouge, qui crée une ambiance très chaleureuse en enveloppant entièrement la pièce éclairée. En ce moment, j’ai beaucoup de turquoise, de nouveaux verts, du bleu… Même des tissus à poils de girafe ou de zèbre ! Un genre de pluche qui laisse passer la lumière. »

Son travail évolue, c’est ce qui la stimule. « Je suis les tendances des nouveaux tissus. » Elle utilise principalement du taffetas, un tissu soyeux qui laisse bien passer la lumière, ou des soies, du lin, de la soie perlée… S’il y a des motifs sur ses abat-jour, ils sont à même le tissu, puisqu’on n’y trouve aucune broderie ni couture. Tout est collé.

Intemporelles
Jamais à la mode, jamais démodées, les lampes de Marie sont intemporelles. Qu’elles soient victoriennes ou contemporaines, elles ont toutes un côté classique, une même touche d’élégance qui ne vieillit pas. D’une finition et d’une qualité exceptionnelle (l’intérieur est aussi bien fini que l’extérieur), chacune de ses lampes éclaire ainsi nos vies très longtemps.

Marie Dubuc : créatrice d’ambiance lumineuse éternelle. C’est un bien joli métier que tu exerces Marie, ne te recycle pas toi-même en autre chose…

Site Internet : www.leslampesdemarie.com

Voir tous les artistes & artisans