Dominique et Samuel Pépin Guay, artisans du bois






Saint-Jean-Port-Joli accueille depuis longtemps de nombreux sculpteurs qui ont fait sa renommée. Il y a quelques années, le bois y a cependant trouvé une nouvelle lignée de créateurs, les frères Dominique et Samuel Pépin-Guay, ébénistes et charpentiers. Ils ont choisi ce lieu pour fonder leur entreprise, Linéaire design, où tradition rime avec modernité et conscience écologique.

Dominique et Samuel ont pratiquement grandi dans les ateliers et sur les chantiers : leur père démantèle depuis longtemps d’anciens bâtiments pour en construire de nouveaux en récupérant un maximum de matériaux. « Nous avons beaucoup appris avec lui, mais nous avons perfectionné nos techniques d’assemblage avec un cours d’ébénisterie », raconte Samuel. Bien sûr, ils n’ont pas appris que les techniques d’assemblage à l’Institut québécois d’ébénisterie, et ils ont sans doute retenu bien davantage que le travail du bois d’avec leur père…

Une technique d’assemblage unique
La particularité des meubles réalisés par Linéaire design tient à la méthode d’assemblage des pièces. Dans la collection Unité, tous les morceaux sont semblables, seule la longueur diffère. Ainsi, les extrémités forment un U et s’emboîtent pour créer un lien en trois dimensions. « Nous avons mis notre méthode d’assemblage au point à force d’en développer d’autres. Nous avons retenu celle-ci parce qu’elle est unique et donne à nos meubles une allure à la fois simple et contemporaine », explique Samuel.

Élaborée à partir de cette technique d’assemblage, la collection Unité se décline dans une gamme presque infinie : table console, à café, de chevet, de salon, jeu d’échecs 3D… Tout est possible! D’ailleurs, Linéaire design fabrique surtout des meubles sur commande. Que ce soit un meuble audio-vidéo ou même un lit, on conçoit sur mesure ce que la clientèle désire.

Pour la finition, Dominique et Samuel emploient des huiles écologiques, des produits italiens haut de gamme à base de résine naturelle. Mais leur conscience environnementale ne s’arrête pas là…

Du bois « vert »
Par ses lignes épurées et sa simplicité, le design des meubles des frères Pépin-Guay évite le gaspillage de ressources, dévoilant la réelle préoccupation environnementale des deux artisans. Ce souci écologique semble des plus naturels pour eux, peut-être parce qu’ils voient depuis toujours leur père récupérer tout ce qu’il peut des bâtiments qu’il démonte.

La collection Parabol révèle d’ailleurs leur penchant pour la récupération et l’utilisation maximale des ressources forestières. Pour fabriquer les bols et les vases de cette collection, ils récupèrent dans une usine de portes et fenêtres haut de gamme des morceaux d’acajou, de noyer et d’autres bois nobles. Ces morceaux trop courts pour l’industrie de portes et fenêtres serviraient de bois de chauffage si Dominique et Samuel ne les récupéreraient pas. Dominique récupère aussi les plus petites pièces de bois pour en faire des pyramides ou des pièces pour les jeux d’échecs.

Arbre-Évolution
Les « viréoles » du duo sont faites, si on peut dire, du même bois… Ces éoliennes décoratives sont fabriquées à partir de lattes de bois récupéré dans une usine de contreplaqué. Vendues surtout dans les salons des métiers d’art auxquels participe Linéaire design, les viréoles financent en plus un programme de plantation d’arbres.

« Comme on utilise beaucoup de bois, on se disait que ce se serait bien de planter des arbres chaque année pour compenser un peu », explique Samuel. Ainsi, les deux frères ont planifié leur programme maison de plantation d’arbres, qu’ils ont appelé Arbre-Évolution. À la fin de chaque année, ils calculent le nombre de viréoles vendues et financent la plantation d’autant d’arbres.

La charpenterie
Suivant en partie les traces de leur père, Dominique et Samuel travaillent également dans le domaine de la charpenterie. Ils y ont amené leur concept d’assemblage servant à fixer les différentes pièces des charpentes qu’ils font à partir d’arbres utilisés au maximum, pour éviter le gaspillage de la ressource. « On minimise les coupes pour laisser au bois sa forme conique. On ne ramène pas la partie la plus grosse de l’arbre au volume de la plus petite pour faire une poutre de la même grosseur sur toute sa longueur. Non seulement ça évite le gaspillage, mais en plus le bois conserve toute sa force », affirme Samuel. On peut d’ailleurs voir leur concept sur leur site Internet des plus complets. (www.lineaire-design.com)

Comme le dit le proverbe, les fruits ne tombent jamais bien loin de l’arbre… Et les deux frères ont de qui tenir!

Voir tous les artistes & artisans