ZONE ABONNÉE      Courriel :     Mot de passe :   Mot de passe oublié?

Jacinthe Lagueux : sculpteure

Bustier
Fessier
Guêpière
Aphérèse





Peut-on dire que tout a commencé à cette époque? Du haut de son enfance, bien emmitouflée dans son habit de neige, elle aimait «observer, croquer, casser et empiler les glaçons » qu’elle trouvait tout autour de la maison familiale à Saint-Frédéric en Beauce.

Déjà, Jacinthe étudiait avec tout le sérieux de son âge la glace travaillée par les rayons du soleil, par mère nature elle-même, qui savait donner à cette matière solide maintes formes et grosseurs plus amusantes et impressionnantes les unes que les autres. Ce que Jacinthe ignorait, c’est qu’une fois grande elle deviendrait sculpteure et que ces images allaient l’inspirer encore longtemps.

Bachelière de l’Université Laval en arts visuels et en enseignement des arts visuels avec comme spécialité le verre thermoformé, Jacinthe Lagueux a 48 ans et elle a toujours le cœur d’une enfant : « Encore aujourd’hui, je suis fascinée par le scintillement du soleil sur la neige et sur la glace, sur le fleuve et sur les rivières. J’ai choisi le verre comme matériau justement pour reproduire cet effet-là dans mes sculptures », révèle-t-elle.

Ses sculptures, qui accrochent l’œil, sont délicates et sans pudeur, et leurs courbes révèlent des bustes ou autres parties du corps. Elles ont certes une apparence glaciale, mais elles dévoilent également une grande sensibilité : « Mon buste intitulé Aphérèse représente une amie qui a dû se battre contre un cancer du sein. Cette sculpture montre à quel point une femme continue d’être belle même s’il lui manque un sein », fait remarquer Jacinthe Lagueux.

Par ailleurs, le verre, qui est pourtant de nature rebelle, devient matière docile entre les mains de l’artiste grâce à une technique de moulage qu’elle a mise au point. Celle-ci consiste à déposer une feuille de verre sur un moule de plâtre qu’elle a modelé sur un corps humain. Ensuite, elle les place tous deux dans un four à céramique à très haute température. « Chaque œuvre est unique puisque le verre prend forme sous l’effet de la chaleur tandis que le moule sera détruit par le démoulage », explique-t-elle. C’est par la suite qu’elle ajoute de la richesse au verre à l’aide de différents matériaux : « J’aime particulièrement le cuivre oxydé qui s’harmonise bien au verre que j’utilise. Cela ajoute une touche de romantisme aux sculptures que je fais. »

Polyvalente, Jacinthe Lagueux utilise plus d’un matériau pour sculpter et ne saurait se contenter d’interpréter le corps humain. Elle a également fait la conception et la réalisation de sculptures dans le cadre du programme de l’intrégation des arts à l’architecture et à l’environnement (dans la vallée de la Jacques-Cartier et à la bibliothèque de Québec, par exemples). Elle travaille dans le petit comme dans l’immense, à faire des bijoux ou des icebergs. Chaque création se fait dans ses temps libres, lorsqu’elle n’enseigne pas les arts plastiques à l’école secondaire Vanier.

Voir tous les artistes & artisans