ZONE ABONNÉE      Courriel :     Mot de passe :   Mot de passe oublié?

Marie Dooley: designer de mode






À chaque printemps, son nom se dessine sur les lèvres des femmes à la recherche du vêtement unique, conçu pour elles. Marie Dooley signe cette année encore, pour notre plus grand plaisir, une nouvelle collection printemps-été qui a de quoi surprendre par son élégance, sa féminité et son universalité. Vous allez me dire “ du Marie Dooley, quoi! “ Mais comment fait-elle depuis 20 ans pour ajuster si bien ses vêtements à la taille des femmes qui apparraissent d’une fois à l’autre encore plus belles, encore plus femmes, encore plus vraies? Rien de plus simple à comprendre puisque Marie Dooley parle franchement et avec conviction.

Entrer dans l’univers Marie Dooley, c’est mettre un pied dans le monde de la haute couture parisienne. Ce monde interdit au commun des mortels devient tout à coup accessible parce que quelqu’un a osé en tirer les détails essentiels et nous les offrir, non sans divinement les interpréter. En effet, Marie Dooley est branchée sur le continent voisin, où elle aime bien trouver de quoi s’inspirer pour les premières ébauches de ses collections. « En ce moment, dans la haute couture, il y a beaucoup de volume. En fait, il n’y a plus de formes sinon celle de la poche de patate, explique-t-elle. J’ai donc intégré des volumes dans ma nouvelle collection, mais je voulais tout de même arriver à garder des formes féminines comme des hauts amples avec des bas ajustés et, à l’inverse, des bas amples avec des hauts plus ajustés à la taille. » C’est là une chance inespérée de camoufler la taille d’une femme plus enrobée ou de donner du volume à une femme plus mince.

Cette façon de faire dire également « basta! » à la mode, qui ne s’adresse justement trop souvent qu’aux jeunes femmes à la fine taille. Marie Dooley croit plutôt que, avant d’être une tendance, la mode doit être personnelle : « Personne n’a à se dénaturer pour être plus in. On doit avant tout être qui on est. La mode un outil pour se sentir bien, pour se sentir soi-même et pour se mettre en valeur. » Pour la designer qui fait beaucoup dans le sur mesure, Il ne suffit donc pas de savoir habiller son corps, d’en cacher les petits défauts et de mettre l’accent sur ce que l’on a de plus beau, mais il faut également que le vêtement nous ressemble. Selon Marie Dooley, « plus on vieillit plus cela devient vrai puisque, à chaque année, on se définit un peu plus comme personne. » On délaisse dès lors des morceaux pour en choisir d’autres, des morceaux qui nous avaient pourtant fait chavirer, mais qui maintenant nous apparaissent comme appartenant à quelqu’un d’autre.

Mais si les goûts changent au gré d’une personnalité qui se raffine ou s’affirme, certains vêtements, eux, restent « indélogeables ». Ce sont eux que Marie Dooley privilégie : « Dans ma jeunesse, je revois ma mère qui choisissait ou faisait chaque vêtement avec soin. Elle les portait pendant des années. Moi aussi, j’ai des vêtements que je porte depuis dix ans. Il y a toujours des morceaux comme ça qui ont été bien choisis, qui ont traversé le temps, qui ont été, en fait, de bons partenaires de vie. » De ces intemporels, Marie Dooley en crée; plusieurs se trouvent d’ailleurs dans sa nouvelle collection de
prêt-à-porter.

Bien sûr, son monde de la mode ne s’arrête pas aux tailleurs et aux élégantes robes de soirée. Elle s’est aussi permis quelques folies, « juste pour faire parler », comme son fameux pantalon legging tant pointé du doigt par les hommes. Marie Dooley exprime en fait sa créativité pour traduire la femme assoiffée de belles fantaisies ou d’élégante sobriété. Avec elle, le monde des possibles est grand et à la portée de la main : pas plus loin que sur le boulevard René-Lévesque.

Voir tous les artistes & artisans