Pierre-Étienne Pilon veut donner l'heure juste au Québec!






Dans sa voix, une Ă©nergie palpable, un enthousiasme communicatif. Pierre-Étienne est un passionnĂ© du travail bien fait mais, surtout, du travail dÂ’ici, pensĂ© par les gens dÂ’ici pour les gens dÂ’ici. Ses horloges et lampes dĂ©coratives en bois sont de vĂ©ritables Âśuvres dÂ’art, mais lÂ’artiste veut quÂ’elles soient plus que cela : il veut quÂ’elles soient des messagères du savoir-faire de chez nous.

AujourdÂ’hui, cÂ’est dans son atelier, « coincĂ© » entre le lac Saint-Louis et le fleuve Saint-Laurent, que Pierre-Étienne se sent le mieux. Pourtant, le jeune homme ne sÂ’est pas retrouvĂ© lĂ  simplement. Après ĂŞtre passĂ© par le cĂ©gep pour obtenir un DEC en arts et lettres, puis par lÂ’Institut de tourisme et dÂ’hĂ´tellerie du QuĂ©bec (ITHQ) pour suivre un cours en cuisine, il est retournĂ© aux sources, vraiment : le bricolage, le travail des mains, le façonnage du beau. « CÂ’est dans mon bagage gĂ©nĂ©tique, certainement! » sÂ’exclame-t-il avec conviction. Son grand-père Ă©tait un fin bricoleur, et le jeune Pierre-Étienne se sentait attirĂ© par la beautĂ© des objets, mais aussi par leur mĂ©canisme. « Je dĂ©montais tout pour le remonter ensuite, jÂ’Ă©tais intĂ©ressĂ© par tout », se souvient-il avec amusement. Ainsi, après quelques dĂ©tours, Pierre-Étienne sÂ’est senti aspirĂ© par le travail manuel, et il sÂ’est concentrĂ© Ă  acquĂ©rir le plus de connaissances et dÂ’habiletĂ©s possible dans ce domaine.

Voir et comprendre
Par le biais de lectures et de rencontres, il sÂ’est forgĂ© une expĂ©rience solide. « CÂ’est en sÂ’approchant des gens qui travaillent de leurs mains quÂ’on apprend beaucoup », explique-t-il en dĂ©cortiquant sa dĂ©marche. Un rien lÂ’inspire, mais jamais il ne se penche sur sa table de travail sans avoir eu au dĂ©part un coup de foudre pour un objet ou un Ă©vĂ©nement du quotidien. Plus jeune, une horloge quÂ’il affectionnait sÂ’est brisĂ©e. Après sÂ’ĂŞtre Ă©vertuĂ© Ă  la rĂ©parer, sans succès, il sÂ’est mis Ă  la recherche dÂ’une digne remplaçante. Partout, que des modèles au design superficiel et sans intĂ©rĂŞt. « JÂ’ai donc dĂ©cidĂ© de mÂ’en fabriquer une Ă  mon goĂ»t! » se rappelle-t-il. Autour de lui, sa crĂ©ation a fait sensation. CÂ’est sa conjointe qui lui a alors donnĂ© la petite tape sur lÂ’Ă©paule qui lÂ’a propulsĂ©. « Elle mÂ’a dit dÂ’arrĂŞter de juste en parler! » rigole lÂ’artiste. Un peu de publicitĂ© lui ayant mis le vent dans les voiles, Pierre-Étienne sÂ’est attelĂ© Ă  la tâche. Il vient dÂ’ailleurs de terminer de nouveaux modèles, dont un Ă  affichage numĂ©rique DEL!

Et les lampes? « Alors lĂ , je suis un maniaque des lampes! » lance-t-il joyeusement. Chez lui, partout, des lampes, de tous les modèles et de toutes les formes. « Il y en a une pratiquement au-dessus de chaque chaise! » sÂ’exclame-t-il avec un grand sourire. Celles quÂ’il fabrique sont faites de bois, de la mĂŞme essence que celle avec laquelle il fabrique ses horloges : le cèdre rouge de lÂ’Ouest, un bois canadien. Et cÂ’est en choisissant tout particulièrement les fragments rejetĂ©s par ses fournisseurs quÂ’il rĂ©alise ses pièces les plus originales. « Chaque morceau est diffĂ©rent, alors ça donne un produit unique chaque fois », explique Pierre-Étienne.

Mariage entre hier et aujourdÂ’hui
Bien que les horloges et les lampes constituent la majoritĂ© de sa production, Pierre-Étienne, dans ses moments de loisirs, se laisse tenter par une autre activitĂ© : la remise Ă  neuf dÂ’objets anciens achetĂ©s Ă  lÂ’encan. Particulièrement attirĂ© par les annĂ©es 1970, il « ramasse et retape », dit-il, toutes sortes dÂ’objets. Il y a un moment de cela, dans un bahut antique muni dÂ’un tourne-disque, Pierre-Étienne a dĂ©couvert un vieux catalogue de meubles de fabrication locale. FascinĂ©, il sÂ’est attardĂ© Ă  admirer la conception soignĂ©e et solide de ces articles dÂ’un autre temps. « Quand je regardais ces choses, je pensais Ă  ceux qui les ont conçues, et Ă  cet amour du beau et du bien fait qui mÂ’intĂ©resse tellement aujourdÂ’hui », prĂ©cise-t-il. Ce lien avec le passĂ©, Pierre-Étienne cherche maintenant Ă  le matĂ©rialiser au quotidien, en mettant de lÂ’avant le savoir-faire des artisans du QuĂ©bec, son amour du travail et son souci de lÂ’originalitĂ©, qui se greffent sur chacune de ses crĂ©ations. « Je veux que les gens se rendent compte quÂ’acheter local, cÂ’est avantageux, au final », dĂ©clare-t-il avec Ă©loquence. En favorisant la crĂ©ation dÂ’emplois ici, en utilisant et en renforçant les savoirs dÂ’antan et dÂ’aujourdÂ’hui, et en choisissant des matĂ©riaux locaux, Pierre-Étienne est persuadĂ© au plus profond de son ĂŞtre que le Made in Quebec a de beaux jours devant lui.

Ă€ quoi ressemblera lÂ’avenir de lÂ’artiste? « Si je peux inonder le marchĂ© dÂ’ici, je le ferai avec joie! » termine-t-il allègrement. Tout en continuant bien sĂ»r Ă  fabriquer lui-mĂŞme pour nous les objets les plus beaux qui soient. Après tout, quoi de mieux quÂ’un QuĂ©bĂ©cois qui achète quĂ©bĂ©cois?

www.pierreetiennepilondesign.com

Voir tous les artistes & artisans