France Lamarre, artiste en arts visuels

2191 nuits | aquarelle sur toile | 90 cm x 120 cm
Évangéline | aquarelle sur toile | 50 cm x 50 cm
Principessa | aquarelle sur toile | 60 cm x 60 cm
Artifices | aquarelle sur toile | 90 cm x 90 cm





Je viens d’avoir France au téléphone. L’ardeur de son ton et la chaleur de sa voix me donnaient l’impression qu’elle était en face de moi!

France Lamarre est une artiste accomplie! Quand je lui demande si, d’aussi loin qu’elle se souvienne, elle souhaitait le devenir, la réponse est claire et nette : « Oui! » À quatre ans, elle jouait déjà du piano. Plus tard, quand elle a annoncé à son papa qu’elle voulait peindre dans la vie, celui-ci, inquiet et pragmatique, lui a plutôt conseillé de choisir un métier qui lui permettrait d’être indépendante financièrement. Bien d’accord mais un peu perdue, France s’est alors tournée vers la littérature, mais pas pour longtemps. Penchant vers le théâtre, elle aboutit en mécanique du bâtiment! « J’avais une aptitude naturelle pour le dessin, mais pas pour les formules! » raconte France en riant. C’est son professeur, ancien enseignant en graphisme, qui voit en elle une illustratrice de talent. Écoutant sa recommandation, elle se réoriente vers le graphisme. C’était le bon choix!

Après 25 ans de métier et des collaborations avec de nombreux grands de ce monde (Provigo, Clin d’œil, Femme Plus, Avon, Fruits & Passion, etc.), France doit se donner un temps d’arrêt. C’est que, durant sa carrière, elle a mis au monde quatre enfants! Les responsabilités du travail et celles de la famille s’accumulant, elle fait un choix déterminant : devenir pigiste à la maison, travailler chez elle, à son rythme. Dès le départ, une occasion se présente : Lise Watier fait appel à ses services. Voilà un engagement à moyen terme qui laisse à France le loisir de préparer le reste de sa vie…

Passer aux choses sérieuses
Sa véritable passion, c’est la peinture. Impossible de se tromper! Lorsque France parle de ses toiles, des heures qu’elle passe penchée sur elles, de ses joies, de ses recommencements et de ses surprises, le bonheur fait vibrer sa voix. « Ça me rend tellement heureuse! » s’écrie-t-elle avec allégresse. L’artiste fait le vide, écarte toutes ses pensées et crée, tout simplement. Après, un regain d’énergie l’emporte, elle se sent revivre, elle refait son âme. C’est presque une délivrance!

France adore le fait que ses toiles ne se révèlent pas totalement au premier coup d’œil. Les personnes qui les observent donnent chacune une interprétation de ce qu’elles voient. « J’aime travailler sur les limites du cerveau », m’explique-t-elle. Ce que ce dernier peut ou ne peut pas identifier. La première impression, le premier frisson. Les gens participent donc à la création et donnent à la toile une existence différente, une signification transformée. En guise de comparaison, elle décrit la lente perception des saveurs du vin en bouche : « C’est comme quand on déguste un vin : on goûte la première note, et puis ça change tran­quillement… ». Les minces lignes verticales sont peintes sur un fond lumineux, d’une transparence presque incroyable. Au contraire de la plupart des artistes utilisant l’aquarelle, France se sert d’outils comme la spatule et le gros pinceau pour réaliser ses toiles. Bien étendues sur une table, ces dernières se font asperger d’eau régulièrement, au gré des désirs de France. « Elles finissent complètement mouillées! » s’exclame-t-elle. Il en est ainsi parfois pendant des jours, jusqu’au moment où l’artiste, enfin, se déclare satisfaite ou vaincue.

Des images dans la nuit
L’une des toiles de France marque un tournant dans sa démarche : 2191 nuits restera à jamais gravée dans sa mémoire. C’est qu’une histoire y est rattachée… « Un jour, un jeune homme est venu me voir et m’a dit : “Madame Lamarre, votre toile, c’est ce que j’ai vu quand j’étais dans le coma!” », raconte-t-elle, encore ébranlée. Victime d’un accident, l’homme matérialisait les hallucinations dont il avait été la proie lors de son séjour entre deux mondes en contemplant les fins traits et les sommités d’un noir ombrageux. France a eu du mal à se séparer de cette toile... « Ce jour-là, j’ai su que j’allais ailleurs », dit-elle doucement.

Les années que France a passées au piano l’ont façonnée. Aujourd’hui, le rythme joue un rôle de premier plan dans sa démarche artistique. Dans un silence absolu, pinceau à la main, elle danse, l’esprit occupé par une mélodie qu’elle seule entend. Enchaînant les larges mouvements, elle part… « Je m’en vais dans une autre zone », illustre-t-elle avec un sourire.

Sur les toiles de France règnent l’harmonie, la régularité. Ce sont des hymnes tranquilles, empreintes de suavité et de synchronisme. Ses longues figures rappellent les notes parfaitement alignées du clavier d’un piano, surmontées de leurs dièses et de leurs bémols. Ne serait-ce pas plutôt un champ de coquelicots doucement bercés par le vent, dont les fleurs éclatantes s’accordent à la perfection? Et vous, qu’y voyez-vous? France aimerait bien que vous y regardiez d’un peu plus près, juste un instant…

www.francelamarre.com

Voir tous les artistes & artisans