Materia prima, ébénisterie






Rencontre de la créativité et de l’ingéniosité
Les chemins de la vie sont parfois étranges, et les deux associés de Materia prima en sont un bel exemple. Rien ne prédestinait Geneviève Bélanger à l’ébénisterie alors qu’elle terminait son baccalauréat en arts visuels. Marc-Étienne Boivin ne rêvait pas non plus de travailler le bois, lui qui a d’abord décroché un diplôme en archéologie à l’Université Laval. Ils l’avouent tour à tour, leur conversion à l’ébénisterie n’était qu’un prétexte pour vivre leur passion première…

Après avoir obtenu son baccalauréat, Geneviève cherchait une manière de gagner sa vie tout en laissant s’exprimer sa créativité. « Pendant mon bac, j’avais beaucoup aimé, entre autres, la sculpture et faire mes cadres pour mes toiles, raconte Geneviève. Je me suis donc inscrite à un DEP en ébénisterie, un métier qui me permettrait d’exploiter la créativité qui m’habitait en fabriquant des meubles fonctionnels. »

Pendant ce temps, Marc-Étienne s’ennuie un peu durant ses cours d’archéologie. « L’appel de la matière était un peu trop fort », se souvient-il. Enfant, Marc-Étienne était déjà bricoleur. Les jeux de Meccano et de blocs Lego l’ont beaucoup occupé! « À Noël, je demandais toujours des outils et, pour tout vous dire, j’en utilise encore certains que j’ai eus quand j’avais sept ans… » C’est donc sans surprise que j’apprends que Marc-Étienne est retourné au cégep faire une techni­que après son passage à l’université. Pourquoi l’ébénisterie? « C’était un prétexte pour pouvoir travailler la matière. L’intérêt pour l’ébénisterie est venu après », confie-t-il.

Petite histoire de Materia prima
Après un stage au Nicaragua en ébénisterie et après avoir remporté le concours Chapeau les filles!, prix qui récompense les femmes œuvrant dans des métiers traditionnellement masculins, Geneviève crée Materia prima en 2006. Elle rencontre Marc-Étienne en 2010 au Salon Plein Art de Québec. « Marc-Étienne est venu me voir à mon stand et il aimait ce que je faisais, raconte Geneviève. Nous avons commencé à parler et il m’a appris qu’il cherchait un nouvel atelier. Comme je venais de perdre mon locataire d’atelier, il est venu s’installer chez Materia. »

Une belle complicité s’est rapidement installée entre les deux ébénistes. « Au début, chacun faisait sa propre production, mais on a commencé à s’aider et on s’est rendu compte qu’on se complétait bien. Depuis, on travaille en équipe, et l’association s’est faite naturellement », explique Geneviève.

Imagination et technique
En ce qui concerne l’ébénisterie, Geneviève et Marc-Étienne font maintenant tout en équipe, de la création à la fabrication. Tour à tour, ils me disent la même chose : « On lance des idées de projet, on se relance, on discute et on se surprend l’un l’autre… On rectifie le tir pour faire le meilleur produit durable possible grâce à l’apport des deux. »

Marc-Étienne aime la créativité de Geneviève, les formes qu’elle imagine et donne aux objets. Elle aime de lui son ingéniosité : « Au moindre problème, il arrive avec une solution efficace. » Si Geneviève est plus une artiste dans l’âme, Marc-Étienne maîtrise davantage les techniques. Lorsqu’elle suggère des choses plus difficiles à réaliser, il se fait un malin plaisir de trouver les solutions : « Les problèmes techniques à régler, ça m’allume… »

Projet primé
Associés depuis moins de deux ans, Geneviève et Marc-Étienne n’ont pas tardé à faire parler d’eux et à recevoir des éloges. Lors du Salon international du design de Montréal (SIDIM) 2011, leur originale table de salon convertible en fauteuil a remporté le prix Coup de cœur série limitée. Méritant ainsi sa place à la Tribune des designers du SIDIM 2012, Materia prima présentera son ensemble « Chasse et pêche ». Pardon? « C’est un buffet, une armoire et une lampe. Une sérigraphie de perdrix orne le buffet, tandis que l’armoire sur le dessus est en métal et rappelle une boîte de sardines ouverte sur laquelle des truites sont imprimées… Marc-Étienne, amateur de chasse, a réussi à me faire voir ce sport différemment », explique Geneviève en riant.

Le bois, le métal, le béton, la fourrure… Lorsqu’il affirme que le bois n’est qu’un prétexte à la créativité et à l’ingéniosité, le duo d’ébénistes ne ment pas. Singulier, leur travail de la matière ne manque pas d’originalité et donne des produits fonctionnels et durables. Et ils peuvent les personnaliser, par exemple, en imprimant un dessin, une citation ou une photo par sérigraphie ou par gravure au laser.

Deux têtes valent mieux qu’une, dit-on… Geneviève et Marc-Étienne n’ont donc pas fini de nous surprendre!

Voir tous les artistes & artisans