ZONE ABONNÉE      Courriel :     Mot de passe :   Mot de passe oublié?

Marie-Linda Bluteau, artiste peintre : La nature est une oeuvre d'art...






Qui est Marie-Linda Bluteau? Elle est d’abord une amoureuse inconditionnelle de la nature. L’environnement dans lequel elle a choisi de vivre l’illustre à merveille. Est-elle ornithologue ou jardinière? Oui! Épicurienne, éternelle étudiante, professeure chevronnée? Aussi! C’est l’artiste, pourtant, qui m’accueille avec chaleur dans son atelier-galerie, un endroit drôlement inspirant…

Occupant une aile presque complète de la maison, l’atelier est une pièce au plafond de bois et aux murs bas, recouverts ici de toiles, là de dessins d’enfants. La lumière entre à flots, l’odeur est poivrée. Aucune odeur de peinture. Plutôt quelque chose de différent, de plus… « terreux ». En sourdine, un brouhaha : des rires joyeux, des jappements excités. Marie-Linda, enthousiaste, passionnée, se déplace entre ses œuvres, à plat sur des tables, et, avec de grands gestes de la main, me présente celle-ci ou celle-là. Son sourire est épanoui, ses yeux, flamboyants, allumés d’un sentiment authentique. Elle adore son métier! Nous prenons place autour d’une petite table bistrot. Par la fenêtre, il est facile d’admirer les alentours verdoyants. Les mots coulent facilement, et elle raconte son histoire…

Les cent métiers
Véritable touche-à-tout, Marie-Linda a tout essayé. L’artiste est née avec un crayon à la main, mais c’est dans le cadre d’un DEC en graphisme qu’elle aborde la peinture. Une entrée en matière plutôt décevante! « Je n’ai pas énormément aimé ce cours, j’ai trouvé que ça ressemblait plutôt à du fast-food d’images! » dit-elle avec entrain. Peu de temps après, elle amorce un baccalauréat en enseignement des arts. Elle en fait son métier pendant 12 ans, puis… « Je me suis mise à faire des bébés! » lance-t-elle avec un grand rire. Entre les grossesses, Marie-Linda accumule les diplômes. Aujourd’hui? Elle se prépare pour une cinquième formation, un baccalauréat en enseignement de l’éducation physique. Combien de facettes à cet extravagant polygone?

C’est néanmoins la peinture qui définit le mieux Marie-Linda Bluteau. Pendant des années, ce sont ses nus, stupéfiants et inimitables, qui ont constitué sa seule et uni­que marque de commerce. Les tons, les textures et les moyens étaient hors du commun. Pionnière, l’artiste a fait sienne la technique de peinture avec le café. Elle l’a développée, transformée, personnalisée. Le temps passe, les succès s’accu­mulent, la reconnaissance des pairs est unanime. Elle pousse son art à une telle maturité qu’elle sent soudain une limitation, un entonnoir. En elle, quelque chose s’agite…

Le Nouveau Bluto : l’appel du changement
Il y a de cela quelques mois, l’envie irrésistible de découvrir de nouveaux horizons interpelle brutalement Marie-Linda, qui se sent bouillir à l’intérieur. Elle évite les pinceaux, fait de l’insomnie : « Pendant 3 ou 4 nuits, je n’ai pas fermé l’œil », avoue-t-elle. Ses pensées l’empêchent de dormir. Elle s’apprête à prendre un virage à 180°, à une vitesse folle, les yeux fermés : l’abandon total des nus, au profit d’une entrée fracassante dans le monde de l’abstrait!

Sous l’influence du mouvement Bauhaus, elle délaisse les contours sinueux des nus pour des traits totalement différents : les formes carrées ou rectangulaires de la toile symbolisent la masculinité, et la grande flèche recourbée, la féminité. Des rouges et des bleus s’insinuent dans ses œuvres. Pour l’artiste, c’est un bouleversement complet. Cependant, aucun regret ne la tenaille : « Quand on amorce quelque chose de différent, on a peur de se tromper. Mais il faut passer par-dessus ses peurs, et le faire par amour, par amour pour soi! » explique-t-elle.

Avec son Nouveau Bluto, elle part, audacieuse, à la conquête du monde. De lieu en lieu, elle présente son travail, l’explique, le vend. Et ça marche! Certains sont attirés par un aspect singulier de son œuvre : le désir de peindre au naturel. Fidèle à sa philosophie de vie, qui privilégie le naturel au maximum, elle cherche par tous les moyens à réduire son empreinte sur le monde. C’est pourquoi elle emploie des matériaux organiques : poudre de marbre, café, pigments naturels. Les galeristes sont enthousiasmés par ce qu’ils voient. On s’arrache l’exclusivité du Nouveau Bluto! Mission accomplie!

Un amalgame inextricable
Dans les couloirs et les pièces de sa maison, partout, sont exposées des toiles gigantesques. Dehors, des mangeoires, un immense jardin, des animaux, des jeux pour les enfants, des fleurs partout. L’artiste est indissociable des chats, des chiens, des oiseaux, des lapins, des plantes. « C’est ma ménagerie, explique-t-elle. J’en ai besoin. Ça m’aide dans mon développement. » Alors que nous sortons, Marie-Linda s’arrête devant un bosquet, me montre ses trésors, rayonnante. Elle arrache quelques graines, me les tend avec insistance, puis se précipite un peu plus loin et répète les mêmes gestes. Au moment du départ, j’ai les mains pleines, tout comme les yeux et les oreilles. De son rire, de son dynamisme, de sa joie de vivre. Quelle magnifique rencontre!

www.bluto.ca

Voir tous les artistes & artisans