Claude Bonneau, artiste peintre : LÂ’instinct dÂ’un homme






Dans la voix du peintre Claude Bonneau, on reconnaît tout de suite une certaine candeur et une humilité qui ont résisté au passage du temps et à la popularité. Voici le portrait d’un artiste à l’instinct plus fort que tout.

Une histoire dÂ’amour
Nul doute, chez lÂ’artiste peintre de Baie-Comeau, le pinceau et la pulsion créatrice mènent. « Je trouve quÂ’on ne décide rien, finalement », philosophe-t-il en parlant de l’évolution de son style, humble comme tout. Et cÂ’est très bien ainsi! DÂ’ailleurs, on ne doute pas de lui un instant, lorsquÂ’il dit quÂ’il serait très malheureux si on lÂ’empêchait de peindre. Le goût de Claude Bonneau pour la créativité manuelle se dévoile à un très jeune âge. « Que ce soit du dessin, du bricolage ou même de la pâte à modeler, dès que jÂ’avais du temps libre, je me servais de tous les médias qui me tombaient sous la main. C’était un besoin et ça lÂ’est encore aujourdÂ’hui », affirme-t-il. En vieillissant, lÂ’homme peint pour son plaisir sans jamais vraiment songer au fait quÂ’il pourrait vivre de son art. Devant lÂ’urgence de trouver un travail, lÂ’homme issu dÂ’une famille modeste devient carrossier pour Alcoa, où il est employé depuis près de 30 ans. « LÂ’idée de faire des études en arts ne mÂ’a jamais vraiment traversé lÂ’esprit, avoue-t-il. Mais jÂ’ai quand même choisi un métier qui me permet de travailler de mes mains. »

Le moment présent
Autodidacte, Claude Bonneau a un style quÂ’on recon­naît du premier coup dÂ’Âœil. « Je trouve que dans cette naïveté de lÂ’autodidacte, il y a souvent moins dÂ’influences extérieures. CÂ’est sûr que des gens qui ont des études en arts peuvent avoir une idée sur ce que je fais, mais je ne mÂ’arrête pas à ça, ajoute-t-il. Je trouve que lÂ’art ne se juge pas. »

Ses toiles, pleines de mouvement, représentent souvent des moments de la vie quotidienne et mettent en scène des personnages croqués sur le vif (musiciens, danseurs, joueurs de hockey...). Peignant à lÂ’acrylique depuis quelques années (après avoir travaillé avec lÂ’huile), il est reconnu pour son utilisation de couleurs chaudes et enveloppantes, qui donnent vie à ses tableaux. « Je dirais que mon style se rapproche un peu de lÂ’impressionnisme. La construction du tableau se fait toute seule. Je peux être inspiré par un objet ou une personne, et de là va naître toute une scène. CÂ’est vraiment le moment présent qui est important; mes tableaux sont très instinctifs », explique le peintre.

Dans la lumière
Alors quÂ’il participe à son premier symposium de peinture, il y a une vingtaine dÂ’années, ses Âœuvres se font remarquer : « CÂ’est au contact dÂ’autres artis­tes qui ont aimé mon travail et qui mÂ’ont référé à des galeries que tout a débloqué », se souvient-il. DÂ’exposition en exposition, on vante de plus en plus son talent. « Depuis que jÂ’expose en galerie, ça a fait son petit bout de chemin. À un moment donné, les demandes arrivaient de partout. JÂ’ai même dû refuser des propositions! » sÂ’exclame-t-il.

Une compagnie de Montréal lÂ’approche même pour lui proposer de vendre des cartes de souhaits repré­sentant ses Âœuvres. Il accepte, se disant que, sÂ’il en vend une centaine, ce sera comme sÂ’il avait distribué 100 cartes professionnelles dans des foyers... « La première année, ils en ont vendu 75 000! » raconte-t-il encore étonné. Depuis, ses Âœuvres ont rejoint plusieurs collections privées et dÂ’entreprises, dont celles de Patrick Roy et de Broccolini Construction.

Au milieu de ce tourbillon, le peintre garde les pieds sur terre. Il consacre son temps libre à peindre et à créer de ses mains dans son atelier-musée, une vraie institution à Baie-Comeau, où s’entassent mille et un artefacts amassés au fil du temps. « Je suis un peu collectionneur sur les bords! avoue-t-il. J’aime les objets antiques qui ont une histoire, qui dégagent une énergie inspirante. »

L’été, voyageant de symposium en symposium – il sera d’ailleurs le président d’honneur de celui des Îles-de-la-Madeleine à la fin de juillet –, il vit à fond sa passion, peignant au grand air, insatiable et heureux dans la lumière.

Galerie dÂ’art Claude Bonneau
13, place La Salle
Baie-Comeau
418 296-8862
www.claudebonneau.com

Voir tous les artistes & artisans