Parcours en crescendo






Figurant parmi les principaux artisans de la vie musicale à Québec, Les Violons du Roy, plus d’un quart de siècle après leur création, soulèvent sans cesse les passions. Un chapelet d’événements d’envergure internationale en témoigne, dont un passage plus que remarqué au Carnegie Hall de New York, en 2009.

Le récit de la genèse d’un orchestre de chambre de renom
C’est en 1984 que le jeune chef et fervent mélomane Bernard Labadie, alors âgé de 21 ans, a fondé avec quelques amis Les Violons du Roy. À l’époque, travaillant avec la même ardeur et la même volonté de se dépasser qu’aujourd’hui, le groupe était loin de se douter qu’il allait porter les couleurs du Québec au-delà des frontières canadiennes. Et pourtant, il ne lui a fallu que quelques années pour faire partie de l’élite culturelle. Depuis leur création, en plus des concerts donnés à l’occasion de leurs saisons régulières à Québec et à Montréal, Les Violons du Roy ont présenté plusieurs dizaines de concerts dans une quinzaine de pays. Encensé notamment par le New York Times et le Los Angeles Times, l’orchestre séduit et inspire un large public qui ne cesse de le réclamer.

Une discographie impressionnante
Bien que l’ensemble, qui regroupe au minimum une quinzaine de musiciens, joue sur des instruments modernes, ses interprétations des répertoires baroque et classique favorisent une approche la plus juste possible de chaque période. D’ailleurs, afin de parfaire l’illusion et d’obtenir un son unique, les musiciens utilisent des copies
d’archets d’époque pour interpréter chaque œuvre.

La discographie des Violons du Roy compte maintenant vingt titres, dont plusieurs ont mérité des éloges. Parmi les honneurs, l’orchestre a reçu un Félix en 2008 dans la catégorie Classique, orchestre et grand ensemble pour son album Water Music et rien de moins qu’un Juno, en 2006, pour le disque Piazzolla, sous la direction de Jean-Marie Zeitouni. Ces mentions soulignent le génie créatif de l’orchestre et sa capacité à se surpasser constamment.

L’homme derrière le projet
À la tête des Violons du Roy, le directeur musical Bernard Labadie dirige l’orchestre sur les plus grandes scènes en Amérique du Nord, y compris aux États-Unis, et en Europe, en plus d’être au cœur des saisons régulières à Québec et à Montréal. Véritable emblème du milieu artistique, il est devenu, au fil des ans, l’un des chefs invités les plus demandés en Amérique du Nord.

Nommé officier de l’Ordre du Canada en 2005 et chevalier de l’Ordre national du Québec en 2006, Bernard Labadie a reçu, en 2008, le Banff Centre National Arts Award pour sa contribution au développement des arts au Canada ainsi qu’un doctorat honorifique de l’Université Laval. En d’autres mots, il figure parmi les personnalités artistiques les plus importantes au pays et mène une carrière des plus prolifique.

À la mesure d’un rêve
Le cheminement impressionnant de l’orchestre a été couché sur papier par la musicienne, musicologue et conférencière Irène Brisson. Les Violons du Roy, À la mesure d’un rêve, en librairie depuis le début du mois de décembre, lève le voile sur le succès de la formation et de son chef, Bernard Labadie. Accompagné d’un disque compact comprenant des enregistrements inédits, le livre se présente sous deux formes : une édition régulière et une édition de luxe, dont le tirage est limité à 300 exemplaires. L’édition régulière est offerte notamment lors des concerts des Violons du Roy au coût de 45 $ tandis que l’édition de luxe se vend 90 $.

L’aventure des Violons du Roy et de leur chef inspire et prouve que, peu importe l’ampleur des rêves, les plus fous peuvent devenir réalité.

Voir tous les artistes & artisans