ZONE ABONNÉE      Courriel :     Mot de passe :   Mot de passe oublié?

Josée La Roche, artiste peintre : Les émotions, au féminin pluriel






Tout a commencé par un cadeau. Il y a une dizaine d’années, alors qu’elle vivait un moment difficile, Josée La Roche a reçu un ensemble de peinture. Ce fut la révélation : « Je me suis lancée du jour au lendemain, se souvient-elle. Je me levais même la nuit pour peindre! » Un trop plein d’émotions à évacuer, sans doute. Et encore aujourd’hui, ce sont les émotions qui priment dans son œuvre.

Autodidacte, Josée La Roche n’avait encore jamais pratiqué la peinture jusqu’à ce qu’elle reçoive ce présent, bien qu’elle ait toujours dessiné. Depuis, elle n’a suivi qu’une brève formation avec le portraitiste lévisien Emmanuel Garant, un peintre qui a tout de même eu une forte influence sur sa carrière. « C’est lui qui m’a donné l’élan nécessaire, reconnaît Josée. Il m’a dit “Vas-y Josée, tu as le talent, fonce!” Il m’a donné confiance pour que je fasse mes premiers pas et que j’approche des galeries. »

C’est en 2005 que l’artiste s’arrête devant un local annonçant l’ouverture prochaine d’une galerie. Sans réfléchir, elle entre dans le local et tombe sur la propriétaire. Cette dernière demande évidemment à voir le portfolio de Josée avant de s’engager, mais celle-ci n’en a pas encore. Le dossier n’est cependant pas long à préparer : l’artiste a déjà plus de 200 toiles dans son sous-sol! Charmée et émue par les portraits d’enfants tibétains de la peintre, la galeriste n’hésite pas à lui donner sa première chance, ce qu’elle ne regrettera pas… Près d’une trentaine de ses toiles s’envolent dès le premier automne.

Des enfants à la femme
Depuis quelques années, Josée a délaissé les enfants pour peindre des femmes, toujours ou presque. Pourquoi des femmes? « Probablement pour la féminité, la beauté… Je n’ai pas vraiment de raison. C’est ce qui me vient, ce n’est pas réfléchi, admet-elle. L’idée première, c’est de faire ressortir l’émotion, le mouvement. C’est ça, le véritable sujet. »

Pour ressentir l’émotion et entrer dans sa bulle, elle écoute de la musique. « Ça me permet d’entrer à l’intérieur de moi, confie-t-elle. Je suis bien dans cette bulle, le temps s’arrête. Si je suis dérangée ou hors de ma bulle, je n’arrive pas à faire ce que je veux. Il faut vraiment que je sois dans un autre état pour exprimer ce que je ressens, toute la gamme d’émotions. »

Josée peint donc l’émotion du moment, c’est en fait un polaroïd de cette émotion. « Ça se passe en trois ou quatre heures et puis c’est terminé. Je travaille directement à l’huile sur la toile et je ne décide jamais d’avance ce que je ferai, c’est une impulsion », explique-t-elle.

Outre la femme, une seule autre constance dans ses toiles : le rouge. « Je ne m’en sors pas, dit-elle en souriant. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que la toile n’est pas finie s’il n’y a pas de rouge. Et c’est toujours le même rouge vermillon. » Cette constante en est presque devenue sa signature, tout comme les couleurs intenses, toujours contrastées.

« De moi à moi »
À son quarantième anniversaire, Josée a reçu un autre cadeau, un présent qu’elle s’est elle-même offert : la réalisation de son rêve. « En 2009, j’ai laissé un emploi rassurant pour me lancer à temps plein dans mon art. Je pense que quand on est artiste, vraiment artiste, on ne peut pas passer par-dessus ça. En tout cas, moi, je devais l’assumer. J’y ai pensé longtemps, mais je n’avais pas le choix », affirme-t-elle.

Elle avoue que faire le saut a été épeurant, mais elle ne regrette rien. « Je n’ai plus aucune crainte. Je suis tellement bien, je me réalise vraiment. Quand on fait ce qu’on aime, tout arrive et tout va pour le mieux », philosophe Josée.

Aujourd’hui, elle n’a plus besoin de se lever la nuit pour créer toutes les toiles qui sommeillent en elle. Elle s’installe à son chevalet tous les jours de 8 h à 16 h, lorsque ses enfants sont à l’école. C’est simple à vérifier, il suffit de téléphoner chez elle. S’il n’y a pas de réponse, c’est qu’elle y est, dans sa bulle, à explorer tout un monde d’émotions.

www.larocheartistepeintre.com

Galerie d’Art du Château Frontenac, Québec
Galerie Atelier La Roche, Saint-Nicolas

Voir tous les artistes & artisans